Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 May

RETOUR SUR LA CAMPAGNE LE CANDIDAT MACRON ET LE DEVOIR DE MEMOIRE (SELECTIVE) ET LES CRIMES CONTRE L'HUAMNITE; 2ème PARTIE

Publié par pikkendorff  - Catégories :  #Royalisme, #Politique-Société, #Histoire-Culture, #Actualité

Le massacre des Lucs sur Boulogne...

Pendant la Terreur, période tristement célèbre qui suivit la Révolution Française, toutes les paroisses de Vendée et une partie de celles du Maine et Loire, payèrent leur tribut de ruines et de martyrs. Une, les symbolise toutes : Les Lucs-sur-Boulogne.

Le contexte :

Louis-marie Turreau était né à Evreux le 4 juin 1756. . Lancé dans la politique en 1792. il avait été porté à la tête du bataillon des Volontaires de l'Eure. II a été très rapidement promu adjudant général le 7 juin 1793, général de brigade le 30 juillet, général de division le 18 septembre. Au début de janvier 1794 la Vendée n'existait plus. Des 60000 combattants de la grande armée victorieuse, 4 et 5000 seulement, ayant pu repasser la Loire à Ancenis, avec La Rochejaquelein et Stofflet, se sont immédiatement dispersés, accablés. Leurs chefs se cachent. Charette, chassé de Noirmoutier et du pays de Retz. tient encore la campagne, seulement suivi par 400 fidèles. C'est sur cette Vendée là que va s'acharner Turreau.
Cette Vendée, il faut l'achever, la détruire totalement, non seulement ses maisons, ses champs, ses récoltes, mais aussi ses habitants, tous ses habitants : les hommes survivants, bien sûr, mais aussi tous les autres les enfants, les femmes, les vieillards. Tout.

Et c'est un plan monstrueux. Ce plan. Turreau le doit en partie à son chef d'état-major, le général Robert,: six divisions, de deux colonnes chacune, marchant d'est en ouest sur une longueur de vingt lieues, ratisseront les territoires insurgés, avec comme points de départ : Les Ponts-de-Cé, aux portes d'Angers, Brissac, Doué-la-Fontaine, près de Saumur, Argenton-le-Peuple (ci-devant Argenton-le-Chateau), Parthenay et Bressuire. Ces colonnes seront justement appelées par l'Histoire : les Colonnes infernales. Outre les localités de départ seront seules épargnées celles formant les points de ralliement : Saint-Florent-le-Vieil, Luçon, Montaigu, La Chataigneraie, Sainte-Hermine, Machecoul, Challans, Chantonnay, Saint-Vincent, Cholet ; dix localités sur l'immense territoire s'étendant de Saumur à la mer et d'Angers à Niort !

 

 

Le plan des colonnes infernales

Ce plan monstrueux, Turreau l'a soumis aux Représentants en mission. Précisant que le départ des colonnes a été fixé à la fin du mois de janvier. il leur écrit, le 15 (27 nivose) — et il faut lire et relire ce texte :
« Mon intention est de tout incendier et de ne préserver que les points nécessaires à établir nos cantonnements propres à l'anéantissement des rebelles, mais cette grande mesure doit ètre prescrite par vous. Je ne suis que l'agent du Corps législatif, que vous devez représenter en cette partie. Vous devez également décider sur le sort des femmes et des enfants que je rencontrerai en ce pays révolté. S'il faut les passer tous au fil de l'épée, je ne puis exécuter une pareille mesure sans un arrêté qui mette à couvert ma responsabilité ».
Les Représentants font la sourde oreille. Turreau s'adresse alors plusieurs fois au Comité de Salut public. Il écrit, le 17 janvier :
« La promenade militaire que je médite sera terminée le 15 ou 16 pluviose (3 ou 4 février). Je le répète. je regarde comme indispensable de brûler villes, villages et métairies, si l'on veut entièrement finir l'exécrable guerre de Vendée, sans quoi je ne pourrais répondre d'anéantir cette horde de brigands. J'ai donc lieu d'espérer que vous l'approuverez. Je vous demande la grâce de me répondre par retour du courrier. »
Le 19 janvier, une réponse enfin, où l'ambiguté le dispute à l'hypocrisie : « Tu te plains, citoyen général. de n'avoir pas reçu du Comité l'approbation formelle de la totalité de tes mesures. Elles lui paraissent bonnes et tes intentions pures. mais éloigne du théâtre des opérations, il attend les grands résultats pour se prononcer dans une matière ou on l'a trompé tant de fois, ainsi que la Convention nationale »

 

De toute façon les ordres sont simples : pas question de se battre contre des hommes armés ; au contraire, il faut cesser toute attaque, éviter toute embuscade, ne plus accepter la guerre comme une lutte, mais uniquement comme un moyen de supprimer son ennemi : il faut détruire, tout détruire sur son passage, dans des « promenades » c'est le nom que leur donnent les généraux — dont la marche est précisée de semaine en semaine.
La Vendée doit devenir un désert, une contrée neuve, sans passé, sans nom — on l'appelle maintenant le département « Vengé » —, sans caractère, et surtout sans habitants autochtones. Plus tard, on la peuplera de nouveaux habitants.

 

Ce plan n'aurait pu être effectué si on n'avait trouvé et les généraux pour commander ces colonnes et les hommes pour les composer. Pour ces derniers, on ramasse qui veut ; les candidats sont nombreux, car toute licence leur est octroyée : ils peuvent voler, violer, piller, comme ils l'entendent. Quant aux généraux, on chercherait en vain leurs noms dans la liste des chefs valeureux sur les champs de bataille d'Europe. Seules les atrocités ordonnées et accomplies sur une population sans défense doivent perpétuer leur souvenir dans l'Histoire et surtout dans la mémoire des vendéens : Cordelier, Grignon, Caffin, Crouzat, Lachenay, Amey... Sur tout le territoire de la Vendée militaire, pendant tout un semestre, on fusille, on égorge, on noie, on assomme, on sabre, on brûle. Aucun scrupule, aucun cas de conscience, aucune pudeur n'entravent la correspondance de ces généraux qui racontent à leurs chefs, avec flegme et même avec enthousiasme et humour, leurs actes les plus atroces.

 

 

Grignon, le 22 janvier :
« Toutes les métairies, les bourgs et les villages que nous avons rencontrés aujourd'hui comme hier, ont été passés aux flammes. Ma colonne de gauche en a fait autant. Nous en tuons près de deux mille par jour. »
Caffin, commandant la troisième division, et qui avait quelque difficulté avec l'orthographe : « Je t'aubserve, camarade Turreau, que tu ne panse peut-être que le pays compause plus de quinze cent maisons, sans conter les métairies. Lorsque j'eincendis, je veux qui reste pas vaistiges et je commance le matin par les églises et les chappeles, après les maisons. J'ai fais tué ce matin cinquante-trois femmes, autant d'enfants. Pas un brigand n'a échappé. »
Cordellier, commandant la cinquième division :
« J'ai brûlé toutes les maisons et tous les bois et égorgé tous les habitants que j'ai trouvés. Je préfère égorger pour économiser mes munitions. J'ai détruit ce matin trois cent cinquante hommes et femmes, la plupart sans armes. Tous les bestiaux ont été détruits. Mon adjoint Crouzat, commandant le seconde colonne, a tué hier au seul bourg de Gonnord trois cent dix brigands : vieillards, femmes et enfants, mis vivants dans le fossé. Dans ce moment, quarante métairies
éclairent la campagne. »
Avant de mettre le feu aux bâtiments, on y enlevait les grains et les fourrages qui pouvaient y rester,

Cependant, triomphant — pour un temps — Turreau, dès le 24 janvier, écrit au Comité de Salut public :
« J'ai commencé le plan que j'avais conçu de ma promenade en Vendée, en la faisant traverser par douze colonnes, qui ont déjà fait des merveilles : pas un rebelle n'a échappé à leurs recherches. Une quantité considérable de grains a été découverte et des ordres aussitôt donnés pour les faire filer sur les derrières. J'espère aussi avoir bientôt à vous offrir une collection intéressante de vases sacrés, d'ornements d'église et autres, d'or et d'argent. Enfin, si mes intentions sont bien secondées, il n'existera plus en Vendée sous quinze jours ni armes, ni subsistances, ni habitants que ceux qui, cachés dans le fond des forèts, auront échappé aux plus scrupuleuses perquisitions. Il faut donc que tout ce qui existe encore de bois de haute futaie soit abattu, à charge de vider le pays entièrement.

Le massacre des Lucs

 

Et, toujours avec Cordellier, c'est, le 28, le drame — la honte, la plus grande parmi toutes la honte des Lucs-de-Boulogne, non loin de Legé. Hommes, femmes et enfants ont cherché refuge dans la vénérable église Notre-Dame. aussi modeste qu'une chapelle, située au Petit-Luc, dans un tenace paysage. L'église est bien trop petite pour les contenir tous — ils sont près de six cents. Beaucoup se sont tassés autour du sanctuaire, n'essayant même plus de se cacher dans les fourrés du tertre voisin. L'arrivée, soudain, des Bleus, et le massacre. Sabres, baïonnettes, pics, crosses, souliers, frappent partout avec fureur, égorgent, éventrent, écrasent ; puis, d'une hauteur proche, le tir de canons fait s'écrouler l'église sur les suppliciés. Quatre-cent-cinquante-huit noms sont connus, parmi lesquels ceux de cent-dix enfants de moins de sept ans. Ils sont inscrits sur les murs de l'église actuelle, élevée sur les plans de la précédente. On y voit des familles entières : M. et Mme Renaud, par exemple, et leurs cinq enfants, de dix-sept, quinze, douze, six et quatre ans ; ou M. et Mme Métaireau et leurs sept enfants, de vingt-et-un, treize, dix, sept, six ans, de quinze mois, de quinze jours. D'autres et d'autres encore...

 

Commenter cet article

À propos

Bulletin de liaison des royalistes vosgiens